Westworld : la nouvelle série sans limite d’HBO

HBO a encore frappé. Westworld a débarqué aux Etats-Unis dimanche 2 octobre et est bien partie pour faire parler d’elle. Cette série de science-fiction, tirée du film éponyme de Michael Crichton réalisé en 1973, reprend les codes de la chaine pour notre plus grand plaisir.

© HBO

© HBO

Lisa Joy (Battlestar Gallactica) et Jonathan Nolan (Interstellar) mettent en scène un monde futuriste dans lequel les parcs d’attraction replongent les visiteurs dans différentes époques grâce à des robots ultra-perfectionnés. Ils sont en toute sécurité, jusqu’au jour où les androïdes changent de comportement…

Sexe, violence et rock’n’roll semblent être au rendez-vous dans cette nouvelle série qui pourrait concurrencer les plus grands succès d’HBO.

Un casting 4 étoiles

Anthony Hopkins, Evan Rachel Wood, Ed Harris, James Marsden… Autant de grands noms qui sont à l’affiche de Westworld produit, notamment, par J.J Abrams (Alias, Lost, Star Wars…). Une distribution impressionnante qui ne vole pas pour autant la vedette aux acteurs moins connus, mais tout aussi exceptionnels, qui peuplent la série.

La série suédoise Real Humans avait déjà abordé cette thématique avec brio en 2012 en présentant des personnages troublants, aussi bien dans le jeu que dans les effets spéciaux et le maquillage. Un travail que l’on retrouve dans Westworld avec des acteurs qui incarnent les androïdes avec une perfection effrayante de réalisme.

La force de cette production réside non seulement dans de beaux effets spéciaux, des acteurs talentueux, mais aussi une histoire finement écrite. Les personnages, aux caractères ambivalents, se croisent et semblent tous avoir une destinée propre qui pourrait renverser le cours de la série.

Bienvenue en enfer

Les showrunners parviennent a créer une atmosphère inquiétante dans ce microcosme inventé pour distraire les Hommes, et où tout semble possible. Il n’y a aucun interdit et tous les évènements hors script seront oubliés par les robots le jour suivant. Viol, meurtre ou expérience des plus dérangeantes : les scénaristes s’en donnent à cœur joie et promettent de belles frayeurs pour la suite de la série.

« You’re in a prison of your own sins« . Cette phrase est emblématique de ce premier épisode et donne le ton. L’homme va t’il trop loin avec les nouvelles technologies ? Cette question, évoquée dans de nombreuses productions cinématographiques et télévisuelles, est à nouveau posée dans Westworld. Pour le spectateur la réponse est oui, mais c’est avec un plaisir non dissimulé que nous regardons ce monde se détraquer.

En bref, un premier épisode alléchant qui présente peu de défaut et qui pourrait détrôner Game of Thrones. La série devra donc continuer sur cette lancée pour ne pas décevoir le spectateur et espérer conquérir un public de plus en plus exigeant.

Alix Werthauer

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s