Jeu de l’amour et du hasard : le théâtre classique au service du rire

jeuamouretduhasard

Catherine Hiegel a jeté son dévolu sur Le Jeu de l’amour et du hasard de Marivaux dans sa dernière mise en scène au Théâtre de la Porte Saint-Martin, depuis le début du mois de janvier 2018. Une pièce survoltée, notamment grâce à la performance de Vincent Dedienne et de Laure Calamy.

Comédie incontournable du théâtre du XVIIIème siècle, cette pièce raconte l’histoire de deux jeunes gens de bonnes familles destinés à se marier. Avant de se rencontrer, ils décident tous deux de prendre la place de leurs valets. Les maîtres deviennent alors les valets et les valets les maîtres. Commence alors le jeu de l’amour et du hasard…

 

Une mise en scène classique

Le Jeu de l’amour et du hasard est la pièce la plus représentée de Marivaux. Classique du théâtre, il n’était donc pas aisé de reprendre le rôle de metteur en scène. Plutôt que d’opter pour une franche rupture, Catherine Hiegel a choisi de respecter le traditionalisme de la pièce d’origine.

Seule originalité, la présence d’une violoncelliste sur scène dès l’installation du public. Un personnage qui surprend dans les premiers moments, mais qui ennuie par la suite. Partie intégrante du décor, elle gêne par son regard de spectatrice un peu trop curieuse et par ses interventions souvent inutiles.

En somme, une mise en scène qui n’apporte rien à 3 siècles de représentations et qui aurait pu se contenter du joli décor simplement posé sur scène. Cette pièce est, cependant, bien plus qu’un décor.

La magie d’une performance

Le Jeu de l’amour et du hasard, c’est surtout une tête affiche impressionnante qui attire le spectateur. On excuse volontiers le côté insipide des rôles de Clotilde Hesme et de Nicolas Maury, car leur présence permet de mettre en avant le piédestal sur lequel se trouve Vincent Dedienne et Laure Calamy.

Drôles, piquants, justes et touchants : les deux valets font le succès de cette pièce.
Vincent Dedienne se révèle aussi bon acteur qu’humoriste et parvient à jouer dans un excès maîtrisé, tandis que Laure Calamy semble être née dans la peau de Lisette.

Si les deux acteurs n’échappent pas à l’exagération typique du genre, ils réussissent à ajouter leur touche personnelle sur chaque personnage pour nous délivrer un jeu de l’humour et du bazar.

Précipitons-nous donc voir cette pièce qui accompli, tout de même, avec brio, sa mission première : nous faire rire. Vous ressortirez de cette salle le cœur plus léger.

Alix Werthauer

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s